Événements

/ Goodwood Festival of Speed 2018

Goodwood, UK

Quand 

12 - 15 Juillet 2018 

 

Ayant fait la "bêtise" d'y aller pour la première fois l'an dernier, je ne pouvais passer à côté du Goodwood Festival Of Speed cette année. L'événement fête d'ailleurs ses 25 ans, en même temps que les 70 ans de Porsche. L'occasion de célébrer ça dignement.

 

 

Commençons les hostilités par le paddock nommé "Supercars by Michelin". On y retrouve le must des voitures immatriculables, les dernières nouveautés des constructeurs de voitures de prestige. Pagani, Ferrari, Aston Martin, Mclaren, les grands noms sont au rendez-vous.

 

 

On notera la présence, chez Koenigsegg, de l'Agera RS Final Edition "Thor", un des 2 derniers exemplaires de l'hypercar suédoise, ainsi que la remplaçante, j'ai nommé la Regera, dans une livrée carbone vert/intérieur havane du plus bel effet.

 

 

Autre nouveauté, et non des moindre, la marque Apollo a fait forte impression avec la fameuse Intensa Emozione. La recette simple et éprouvée du V12 atmosphérique en centrale arrière a encore de beaux jours. Le son est indescriptible, le moteur a très peu d'intertie, magnifique.

 

 

Non loin de là, les artisans de chez Lanzante Motorsport, spécialistes Mclaren, ont frappé fort en présentant la P1 GT. Basée sur la fameuse hypercar hybride, elle est rallongée, et possède pas mal de détails "bespoke" tels que le volant en "U", les 4 sorties d'échappement. Elle est présentée dans la livrée "XP Green", identique au prototype de la F1 GT "XP". Elle appartient à un particulier du Moyen Orient, et Dean Lanzante a confirmé qu'il n'y en aurait pas plus de 13, afin de garder l'exclusivité de ce genre de machine. Lors de sa montée, elle a carrément failli emboutir une Lexus LC500.

 

 

Pour rester dans les artisans, on quitte le paddocks Michelin et on se dirige vers le stand de l'américain Singer. La principale attraction est la nouveauté DLS, pour Dynamics and Lightweighting Study. Doté d'un moteur flat 6 atmosphérique à refroidissement par air de 500cv développé en collaboration avec Williams, ce joyau de L'Automobile rend hommage à Porsche, en revisitant la 911 dans sa vision la plus pure qu'il soit à mes yeux. Le billet d'entrée serait bien au-delà du million d'€ ... Le coeur de l'engin est exposé sur un piédestal, laissant apparaître la mécanique de précision.

 

 

Tournons-nous vers la pelouse derrière nous, où quelques petites pépites sont dissimulées à travers la foule. 2 retiennent mon attention : la Mclaren F1. Dans sa robe Grand Prix Red, cet exemplaire a appartenu à Michael Andretti. L'autre n'est ni plus ni moins que l'unique Jaguar XK120 SE by Pininfarina. J'en avais entendu parler il y a peu, la voiture ayant subi une restauration intégrale de 6725 heures. La société Classic Motor Cars, faute de pièces, a fait appel au nouvelles technologies et à l'impression 3D pour lui redonner vie, et c'est un franc succès, avouons-le !

 

 

Dans les paddocks constructeurs se trouvent quelques voitures disons originales. Aston Martin, c'est l'élégance, la classe, la pureté. Et bien c'est aussi, parfois, un coup de génie. Ici, le département exclusif de la marque, "Q", a décidé d'assembler une Cygnet, et d'utiliser un ensemble moteur de V8 Vantage. La voiture est incroyablement bien construite, et fait un son du tonnerre, du délire ! Ford fête les 100 ans de la Royal Air Force en présentant une Mustang 2018 de, tenez-vous bien, 700cv. La livrée reprend celle des célèbres avions britanniques, superbe.

 

 

Allons voir ce qui se passe un peu sur piste ... Ah, c'est le batch F1 qui roule, cool ! Renault RS01, RE40, Lotus 99T, Ferrari 312, que du beau monde, un pur bonheur à regarder et à écouter.

 

 

 

Pendant ce temps, c'est le batch dédié aux voitures d'Endurance et Touring qui s'apprête à s'élancer. La Mercedes-Benz CLK LM rest une des reines de l'Endurance, quelle beauté. Elle côtoie une Aston Martin Vantage II GTE, une Matra au V12 rageur, une Ford Capri Turbo Groupe 5 Zakspeed et quelques Groupe C. Au passage, j'ai pu réaliser mon rêve : m'installer à bord de la Mclaren F1 GTR #01R, gagnante du Mans 1995, rien que ça !

 

 

Place au drift, une véritable attraction, mon coup de coeur l'an dernier. Les mécaniques sont poussées, les voitures stickées de partout, des gros ailerons, des (très) gros turbos, du bruit, de la fumée, bref, du show !

 

 

Cette année encore, on retrouve 3 des cadors de la discipline : James Deane, Chris Forsberg et "Mad" Mike Whiddett.

James Deane, c'est un grand gaillard de 27 ans, glissant depuis l'âge de 15 ans. Il a remporté de multiples championnats, que ce soit en Irlande, en Europe, puis aux USA. Il fait partie de l'élite mondiale de la discipline. Ses voitures sont reconnaissables par la livrée "Falken" verte et bleue, bien que cette saison, sa Nissan Silvia soit bleue/blanche/rouge. Il a décidé d'utiliser sa Mazda RX7 FD3S, équipée d'un moteur Nissan SR20 turbocompressé par Garrett. La puissance est raisonnable : 500cv.

 

 

Chris Forsberg n'est plus à présenter, tant il est au summum du drift américain. 36 ans, 3 fois champion de Formula Drift, 57 podiums, tout est dit. Il pilote ici une Nissan 370Z avec à bord un V8, Nissan également (VK56 de Nissan Titan). C'est un moteur assez inédit mais semble-t-il assez intéressant, il sort ici la bagatelle de 1000cv. De quoi brûler de la gomme sans problème.

 

 

"Mad" Mike Whiddett est probablement le plus populaire de tous. Sponsorisé par Red Bull, il pilote exclusivement des Mazda qu'il nomme avec un "BUL" à la fin. Il est très populaire car pas mal de ses bolides sont équipés de moteurs rotatifs au son si particulier. Il ne déroge pas à la règle cette fois, c'est MADBUL qu'il roule. Une Mazda RX7 FD3S, avec une face avant de Mazda RX3 et un moteur 26B quadrirotor atmosphérique qui hurle à la mort.

 

 

Pour changer des voitures, quelques bonnes motos s'élancent pour la montée, et autant vous le dire tout de suite, ils n'ont pas beaucoup usé la gomme du pneu avant.

 

 

Quelques Formule 1 modernes font vrombir leurs moteurs. V8, V10, Ferrari, Lotus-Renault, Toyota, Williams-BMW, l'âge d'or des tours/minute.

 

 

Des curiosités américaines rodent dans les paddocks. Des monoplaces aux énormes turbos, une Chaparral 2E très avant-gardiste, une des 6 Cobra Daytona Coupé, des pickups au V8 bien gras qui tache.

 

 

On traverse la piste et on se retrouve de l'autre côté, où un par-terre de supercars de toutes les époques nous attend. Mclaren F1, Ferrari F50, Diablo VT, Koenigsegg CCR, Ferrari LaFerrari, Spyker C8 LaViolette, Jaguar CX-75 ... du très très beau monde.

 

 

Comme dit au début de l'article, c'est le 70ème anniversaire de Porsche. L'occasion rêvée de réunir quelques modèles emblématiques de compétition : 917-30, Mary Stuart, 962C, 917K, 911 GT1, RS Spyder, et bien sûr la dernière 919 Evo !

 

 

Terminons le tour du propriétaire avec un peu de terre et de poussière. Le FOS, c'est aussi une spéciale de rallye et une piste de cross, l'occasion de voir évoluer des modèles "terre" dans les règles.

 

 

Comme vous pouvez le constater, ce Silver Jubilee fut un succès, rendez-vous l'année prochaine, vivement !

 

Retrouvez la galerie complète : ici